Notre coéxistence avec le monde microbien

Notre coéxistence avec le monde microbien

Publié le 26/04/2018


La biodiversité est le résultat de toute une série d’interactions entre les différentes espèces vivantes constitutives d’un milieu donné, ou écosystème, et les conditions de milieu dans lequel elles évoluent. Parmi toutes les espèces présentes dans l’univers, le monde bactérien représente un contingent important qui vit en permanence avec l’homme depuis qu’il existe.

Les interactions entre le microbiome environnemental et le microbiome de l’occupant sont multiples et complexes. Le microbiome de l’occupant est assemblé à la naissance, se développe avec son hôte et est fortement influencé par des facteurs environnementaux. Plusieurs facteurs, à la fois intrinsèques et extrinsèques, comme la génétique, les habitudes alimentaires, l’âge, la situation géographique, l’origine ethnique, l’environnement (intérieur et extérieur), contribuent au façonnage du soi. Dès notre naissance, nous vivons en symbiose avec des centaines de milliards de bactéries. L’implication et le rôle du microbiome environnemental dans la prédisposition de l’occupant à développer des pathologies respiratoires sont fortement suspectés.

Jusqu’à récemment, les voies aériennes inférieures étaient considérées comme stériles mais l’avènement des techniques de séquençage à haut débit a permis de mettre en évidence l’existence d’une flore poly microbienne, bactérienne, virale ou fongique, constituant le microbiome pulmonaire. De multiples questions restent néanmoins en suspens, notamment en ce qui concerne le rôle du microbiome, ses interactions avec l’hôte, mais aussi avec les pathogènes de l’environnement. Même si les données sont encore limitées, des liens ont déjà été démontrés entre ce microbiome et de nombreuses pathologies respiratoires chroniques (asthme, broncho-pneumopathie chronique obstructive ou mucoviscidose).

Par ailleurs, des études sur des personnes souffrant d’obésité, ayant subi ou non un traitement chirurgical, ont effectivement montré une relation entre la prédominance des bactéries du genre Bacteroides et les populations de bactéries Archaea, endémiques des environnements intérieurs. Ces observations fournissent la preuve de l’association entre la composition microbienne intestinale et diverses pathologies, tout en ouvrant des pistes pour le traitement. Récemment, Goodrich et al., (2017) ont proposé que le microbiome soit incorporé dans des études qui quantifient les interactions entre le génotype, l’environnement de l’occupant, et le microbiome afin de prédire la susceptibilité aux pathologies.

La connaissance et l’identification du microbiome environnemental permet de prendre des mesures de protection et de prévention à l’effet de garder un équilibre et une symbiose entre l’occupant et son environnement. Le respect de cette symbiose permettra de réduire la susceptibilité au déclenchement de pathologies, notamment respiratoires.

EXPERTISE IGIENAIR

Le pôle recherche et développement d’IGIENAIR développe un service connecté capable de détecter en temps réel les particules bactériennes en suspension dans l’air de votre environnement intérieur.

Goodrich, J.K., Davenport, E.R., Clark, A.G., Ley, R.E., 2017. The Relationship Between the Human Genome and Microbiome Comes into View. Annu. Rev. Genet. doi:10.1146/annurev-genet-110711-155532

Photo auteur Yanis GUENOUNE

Yanis GUENOUNE

Ingénieur R&D

Ingénieur R&D chez Zaack (Groupe IGIENAIR).

Intéressés par nos métiers ?

N'hésitez pas à nous contacter pour recevoir plus d'informations ou demander un devis personnalisé.

Demandez un devis